• extrait de "correspondances 2009"

    femmes de mes bouts de vies
    je vis  pour vos flammes
    depuis la grande enfance
    je vous admire dans mes errances

    femmes si belles
    que vous en êtes infidèles
    votre corps sculpté
    m'entraîne dans de douces voluptés

    trop attaché à la dernière
    tombée dans les ornières
    je n'osais plus vous regarder
    alors que vos nonchalances
    me donnaient la cadence

    rythmes de vos seins
    galbes de vos reins
    je réapprends à vous sourire
    je réapprends à vous séduire

    vous peut être inaccessibles
    moi qui rêve d'échanges sensuels
    vous qui pouvez rester invincibles
    je vous offre ma tendresse à la pelle

    je n'aurai jamais fini ce poème
    tant femmes, je vous aime
    et vous, en votre absence
    écrire sera ma constance

    des mots, une corde qui résonne
    comme mon âme folle
    capable de mourir
    capable de m'enfouir
    dans vos rondeurs molles
    une douce musique sonne.........

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique